http://www.ledernieretage.net/wp-content/uploads/2017/04/17634516_397271450644406_6041442007497820010_n.jpeg

Interstices – Différents regards sur la ville

by Megane Leave a Comment

Interstices c’est le nom d’une exposition faite pour vous amoureux de la ville souhaitant voyager sans bouger de Paris. Ces 12 artistes vous transporteront à travers les siècles et l’espace et vous feront découvrir la ville sous un œil nouveau. Ils ont chacun réinventé notre quotidien en ajoutant leur touche personnelle et une modernité hors du temps. Ils nous plongent littéralement dans leur univers parfois mélancolique, rocailleux mais surtout poétique. Plus loin encore, ils nous touchent par leur photographie en montrant un monde décharné, solitaire et en ruine.

Ces artistes utilisent ce que l’Homme a bâti depuis des siècles pour le déconstruire et en faire apparaitre un univers nouveau. On y retrouve des personnages féeriques et malicieux, des lieux abandonnés laissant la place aux fantômes mais aussi des espaces aux lumières dorées. Durant cette exposition tous vos sens seront mis en éveil, enfin presque, car vous aurez l’occasion d’assister à des concerts, des projections mais aussi à des conférences avec des voyageurs de villes venus vous faire partager leurs expériences.

Si vous voulez rêver le temps d’une exposition, redevenir enfant ou grandir, je vous donne rendez-vous dès le 2 mai à l’espace Oppidum pour rencontrer ces explorateurs urbains. D’ici là, pour patienter un peu, nous avons rencontré l’un de ces artiste pour en savoir un peu plus : Louis-Adrien Le Bay, habitué du Dernier Etage.

louis adrien le blay volt a way edito fashion urbex le dernier etage magazine

© Louis Adrien Le Blay – Volt’ a Way

Pour commencer, qu’est ce qui est à l origine de cette expo, de ce projet ?

A L’origine du projet INTERSTICES, il y a Monsieur Nicolas Obadia, pochoiriste, qui a décidé , pour la première édition de l’exposition (au 60Adada à Saint Denis), de réunir ces quelques acteurs d’une subculture intra-terrestre que l’on défend ! Nous avons constitué un commissariat avec également Olivier Dexheimer et Diane Dufraisy pour définir les œuvres présentées.

Que signifie ‘Interstices’ ?

Les interstices sont les portes vers des mondes discrets, cachés, mais qui souvent révèlent beaucoup de trésors derrière leurs mystères : ces passages qui permettent d’agrandir le terrain de jeu qu’est la ville, des toits aux sous sols; mais aussi ceux qui peuvent nous plonger dans des dédales post-industriels… Nous sommes à la recherche d’un témoignage du temps passé, ou futur, bien isolé dans les coulisses des villes

Peux tu dire un mot sur chacun des artistes qui sont à l’affiche avec toi ?

Tout d’abord, ce fut un plaisir de découvrir autant de personnalités différentes qui exploitent le même médium, lors de la première édition d’Interstices.

Nicolas Obadia dit » NoBad » cette fois, va pouvoir s’exprimer avec ses pochoirs, est une personne pleine de motivations et qui a su driver tout le monde au début du projet, a su tempérer une équipe, un bel arbitre à qui l’on doit la genèse du projet !

nobad nicolas obadia artistik city pochoir le dernier etage magazine street art

© Nicolas Obadia

Maxime Rouge, un apprenti chercheur des traces artistiques laissées par la main de l’Homme dans l’underground parisien. Il photographie peintures, sculptures, et pochoirs laissés au détour des galeries des anciennes carrières, les « catacombes”.

Maxime_Rouge le dernier etage magazine photographie urbain

© Maxime Rouge

Caroline Crète, la pro des vieilles bâtisses ! Manoirs, châteaux, maisons à l’abandon.. elle photographie aussi bien de majestueux escaliers qu’un vieux piano oublié au coin d’une cheminée… un interstice vers une intimité délaissée.

interstice exposition Caroline Crète le dernier etage magazine photographe urbain

© Caroline Crète

Herem et François K, n’hésiteront pas à grimper sur les toits des plus beaux bâtiments de la capitale, en dehors de leurs photos, ce sont de vrais activistes de l’underground parisien !

interstice exposition Francois K le dernier etage magazine photographe urbain

© Francois K

Olivier Dexheimer est notre « papa » à tous dans cette aventure. Heureusement qu’il était là avec son calme et son cadre de travail qui nous a permis de bien construire les choses ! Son axe, c’est l’industriel, venant de l’Est de la France, il est gâté !

Olivier-Dexheimer-le dernier etage magazine photographie urbain

© Olivier Dexheimer

Diane Dufraisy, c’est une fille un peu « couteau-super-suisse » ! Pas mal de cordes à son arc : graphiste, photographe, elle écrit aussi beaucoup d’articles et de bouquins sur les endroits qu’elle visite, une personnalité pleine de connaissances historiques peu communes ! Elle vient de sortir un livre sur les abris souterrains de Paris, en collaboration avec Gilles Thomas aux éditions Parigramme.

Diane-Dufraisy le Dernier Etage magazine photographie urbain

© Diane Dufraisy

Lénaj : Une aventurière discrète, dont la démarche est l’autoportrait dans les friches…le corps nu compose ses clichés, à la manière de Miru Kim !

Lenaj le dernier etage magazine photographie urbain

© Lenaj

Jean Roulin : Un très bon compagnon de route, il a l’esprit du guide à 100%. Son milieu : toute forme de souterrains, il déambule de galeries de pierres à ciment jusqu’à de vielles exploitations de marbre, la géologie, ça le connait!

Jean_Roulin le dernier etage magazine photographe urbain

© Jean Roulun

Anthony Rauchen, probablement l’un des explorateurs le plus acharné que je connaisse ! Il doit en être à au moins 30 000 km de routes parcourues en Europe ou ailleurs pour ramener des clichés d’endroits totalement inédits…! Il adore les vieux théâtres et cinémas. Un vrai « repéreur » avec qui l’on aime mélanger nos compétences ! Un vrai binôme solide !

anthony rauchen korbo le dernier etage magazine interstices exposition photographie urbain urbex

© Anthony Rauchen

 

 Lors de l’exposition, nous aurons plusieurs événements sur le week-end à commencer par:-le vendredi 5 mai 20H00: concert de Noël Rassendrasson, qui utilise la technique du field recording, associée à ces étranges instrumentations pour composer des pièces musicales.

-Dimanche 7 mai 14h-17H00: Visites Virtuelles 360°, et conférence démarches artistiques

-Samedi 13 mai: Festival de courts métrages et projections vidéo.

Info Pratique : Exposition INTERSTICES, espace Oppidum 30 rue de Picardie 75003 Paris Du 2 mai de 13h à 21h ( lundi-vendredi) 11h-20h (samedi et dimanche)

Vernissage le 3 mai !

MeganeInterstices – Différents regards sur la ville

Laisser un commentaire